Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

Accueil Missions Projets 2010-18 Projets 2010-11 Projets 2011-12 Projets 2012-13. Projets 2013-14 Projets 2017-18 Expositions Thèmes 2006-18 Surréalisme et cinéma Photo-Poésie Portraits Mémoire Ateliers Discrimination Grasse Lycées Nice Ressources 

Grasse

L'objectif de ce projet artistique et culturel est d'appréhender la dimension culturelle de l'environnement urbain immédiat, un parcours qui exige de partir de l'élève, de sa capacité à s'émouvoir et à s'approprier son cadre de vie.Cette volonté de s'emparer de son territoire s'est retrouvée dans les cheminements transversaux de découverte de leur environnement: silloner son quartier, s'interroger sur son histoirte, comprendre l'architecture, s'initier aux codes de lecture d'une image, ont constitué les multiples étapes conduisant à l'apprentissage de l'expression artistique.Les espaces retenus du Vieux Grasse sont des lieux choisis, parfois familiers, qu'une longue accoutumance a transformés en paysages intérieurs. Sous le regard des élèves, ces lieux banalisés sont devenus des endroits pationnants à force d'attention intense et de regroupements méticuleux.La photographie panoramique, vision élargie qui consiste à étaler l'espace au maximum de son extension possible par une addition de points de vue, est d'abord une image pensée avant d'être construite. Elle favorise d'étranges rencontres, des adhérances visuelles entre ce qui se trouve ici devant et ce qui se trouve au loin là-bas. Puis les différentes portions d'espaces sélectionnés dans le viseur cohabitent, égalisés par les exercices de modulation numérique.Ainsi de la prise de vue au montage, de la multiplicité des images à leur regroupement, de la simple saisie à la production de sens, les élèves ont patiemment reconstruit leur environnement urbain immédiat, sous la conduite du photographe Olivier Monge.La photographie retrouve le plan, l'élèvation, la géométrie linéaire, "l'esprit du lieu", un espace à parcourir pour y être et pôur vivre.Cet apprentissage de l'autonomie et d'une conscience citoyenne a permis de valoriser les différences, mais aussi de révéler des personnalités et des expériences qui ont changé radicalement les relations et les appréciations de chacun. Photographies exposées à l'Espace Projets de Grasse, au Théâtre de la Photographie et de l'Image de Nice, au CDI du LP Léon Chiris.

Narrations panoramiques (Photographies) 2006-07Secondes Professionnelles Techniques de l'Architecture et de l'Habitat et Cycle MotoPhotographe intervenant : Olivier Monge

Laissez-vous conter Grasse

Laurence ArgueyrollesAnimatrice de l'Architecture et du Patrimoine, ville de Grasse

Le Grasse médiéval a été un étonnement: avec ses monuments de pouvoir, perchés sur la colline du Puy et son tissu dense de ruelles étroites. Des maisons à bossage s'y élèvent, témoignages des lieux de vie des notables duy Moyen Age. Leurs murs sont parfois percés de baies géminées reconnaissables à leurs arcs brisés et à leurs colonnettes.Les XVIIe et XVIIIe siècles, moment où s'installe et se développe la parfurmerie, a vu la construction d'hôtels particuliers aux façades quelquefois austères, s'insérant dans le tissu urbain préexistant (Place aux Aires) ou en dehors des remparts (Hôtel de Pontevès). La place Sainte-Marthe, petit joyau au coeur du quartier de la Vieille Boucherie, dissimule deux belles cages d'escaliers à colonnes de cette époque.Au XIXe siècle, l'espace est transformé: certaines places sont agrandies, de nouvelles aménagées. La place de la Poissonnerie déploie son élégante halle en fonte devant les façades ocrées. Le Cours Honoré Cresp, né à la fin du XVIe siècle est restructuré. Aménagé pour pouvoir y admirer la mer et l'horizon, il dévoile dans l'exposition, un côté inhabituel.Cette découverte de la ville a permis également de croiser l'histoire de plusieurs personnalités au fil des siècles: La Princesse Pauline Borghèse, soeur de Napoléon qui venait séjourner chez la famille Amic à l'Hôtel de Pontevès; Charles Nègre, peintre, photographe, pionnier de l'héliogravure, qui résida non loin de la place Sainte Marthe.Grâce au regard des photographes en herbe, des lieux moins fréquentés sont aussi revisités. L'escalier de la Délivrance, au pied du Puy, est totalement réinterprété par l'élève. L'image numérique transforme le point de vue. Le clocher de la cathédrale s'y découpe de manière inattendue.Sur un autre montage, la place du Pontet se déroule dévoilant son rôle de distribution, démasquant les imbrications de rues.Les places Vercueil et Morel appartiennent à l'espace urbain appelé "Rouachier". Ce lieu, autrefois, occupé par les tanneurs (Rouacho: tan), est aujourd'hui en pleine reconversion. La présence humaine s'y révèle peu à peu. De places en rues, la vision sensible et patrimoniale des élèves révèle un centre ville riche de près de 1000 ans d'histoire et toujours vivant.

Professeur de Lettres-HistoireChargé de mission Arts Visuels, Territoire de Nice 2002-09

Moïse Sadoun

Après une initiation à la lecture de l’image aux Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles, les élèves ont suivi une visite guidée du Vieux Grasse par le Service Animation du Patrimoine. L’objectif était de les sensibiliser à l’importance du patrimoine Grassois mais aussi de les familiariser avec la diversité des matériaux et l’histoire de l’architecture, en relation avec leur filière professionnelle. Ce parcours leur a permis, avec l’aide du photographe Jean Belvisi, d’appréhender avec un regard différent leur cadre de vie, d’élargir leur champ de vision et de s’approprier les détails du quotidien. Les élèves ont ensuite pu aiguiser leur jugement sur leurs clichés en se confrontant au regard critique de l’intervenant. Lors d’une rencontre avec le poète Patrick Joquel la classe a été initiée à l’écriture poétique d’un « Haïku » en relation avec les images. C’est après une seconde série de prises de vue dans la ville que les élèves ont sélectionné définitivement les photographies de leur triptyque, guidés et conseillés par les deux intervenants. Le poète les a alors invités à rêver les mots et puiser leur inspiration dans le réservoir ainsi créé.Les élèves ont apprécié ce parcours d’échanges, d’appropriation et de création qui leur a permis de faire réapparaître un quotidien banalisé dans leur imaginaire. Photographies exposées au Théâtre de la Photographie et de l'Image de Nice et au CDI du LP Léon Chiris.

Poésimages 2007-08

Seconde Pro BEP Techniques du Bâtiment et du Gros OeuvreAnnick Laugeois (Lettres-Histoire)Anne-Marie Giraud (Arts Appliqués)Intervenants: Jean Belvisi (photographe) Patrick Joquel (poète)

Profondeur des lignesTous ces cieux invitent l'oeilFente en perspective

Le poète, au lycée, permet aux élèves de découvrir un nouveau rapport avec la langue. Brusquement, elle ne dit plus les mêmes choses, plus de la même manière. Permettre aux élèves de rencontrer des artistes, de toutes "espèces", est vital pour cette découverte: oui, on peut vivre autrement que les quotidiens proposés par les institutions et les médias...C'est pour moi chaque fois une grande joie.J'apprends tellement!La rencontre est forcément réciproque ! Patrick Joquel

Mon oeil sur la ville 2009-10

Première Bac Pro ElectrotechniqueProfesseur: Marielle Pélichet (Lettres-Histoire)Intervenants : David Giordanengo (photographe) Yves Ughes (poète)

Ce ciel me laisse seulL'évasion me tente

Mon envie se déchire à travers blessures et enfermementCette ouverture donneSur le néantSur le videLaissant échapper toutes pressions, toutes douleursRegroupant à la foisSolitudes et peinesVéhiculantEn un même pointChaque émotion Nassim Laidoudi

Une visite au RIP d’Arles en septembre 2009 a permis aux élèves de rencontrer le photographe André Mérian qui se passionne pour les zones périurbaines. Cette confrontation réussie avec le groupe d’élèves a donné lieu à une réflexion sur les notions subjectives du beau, du laid, de la symétrie, de la répétition, de la rareté, ce qui choque le regard, ce qui au contraire le comble… dans une ville. Et que dire, que traduire dans Grasse ?Le travail photographique proposé dans une classe de première Bac pro électrotechnique a été de parcourir la ville et de porter son regard sur « la pollution visuelle » alliée à son contraire, vision complètement subjective de l’élève. Comment regarder, découvrir, photographier l’insolite, le beau, le laid ou l'anti-esthétisme,… tout en favorisant un cadrage organisé et maîtrisé ? Quelles images rassembler pour être porteuses d’interrogations ? Cette activité a été suivie par le choix de photographies porteuses d’une narration. Un atelier d’écriture poétique sur le ressenti et les émotions des élèves lors de ce parcours architectural particulier a été mis en place avec le poète Yves Ughes. Photographies exposées à l'Espace Projets de Grasse et au CDI du LP Léon Chiris



Pôle Image Chiris © Moïse Sadoun

PÔLE IMAGE CHIRIS

Lycée Professionnel Léon Chiris, Grasse - Lycée Professionnel Léon Chiris, Grasse -